Instructions aux auteurs

Les indications qui suivent ont pour but de faciliter, et donc d’accélérer, le travail de transformation de votre fichier initial en un texte mis en pages pour l’impression.

Le manuscrit est transmis :

- sous forme d’un fichier Word .doc ou .docx ;

- et sous forme papier (2 versions).

 

Le texte est mis en forme en utilisant les styles standard de Word : Titre 1, Titre 2, Normal, etc. Utiliser de préférence la police Palatino en corps 10 pour le texte courant (ou du Times). Ne pas utiliser de soulignement, utiliser l’italique. Si les intertitres sont numérotés, on utilisera la numérotation décimale : 1, 1.1, etc., en utilisant si possible la numérotation automatique, et sans dépasser quatre niveaux. Le dernier chiffre d’une telle numérotation n’est pas suivi d’un point. Les titres ne se terminent pas par un point.

La mise en page doit avoir été réduite au minimum (par exemple, ne procédez à aucune coupure de mot en fin de ligne).

Les références bibliographiques sont rassemblées en fin d’ouvrage[1].
La bibliographie (appel de références dans le texte et liste de références) est aux normes APA, que l’on trouvera résumées par exemple ici : http://www.unige.ch/fapse/SSE/admee/Normes%20APA.pdf.

Les notes sont présentées en bas de page et non en fin de chapitre.

Les figures sont des images autonomes en noir et blanc, au format jpeg ou png, insérées dans le texte. Pas de dessin réalisé dans le cours du texte avec la fonction de dessin de Word. Chaque figure comporte un titre.

Les tableaux sont issus de tableaux Excel ou de tableaux Word, et insérés dans le texte. Chaque tableau comporte un titre.

 

Correction orthographique et typographique

Les auteurs peuvent utiliser l’orthographe classique (elle connaît) ou l’orthographe rectifiée de 1990 (elle connait), mais ils doivent s’en tenir à la même norme pour l’ensemble du texte. 

Si les majuscules À et É sont accentuées, elles le sont partout.

Il est demandé aux auteurs de réaliser une relecture soigneuse de leur manuscrit. Les difficultés suivantes donnent lieu à des erreurs fréquentes, et doivent faire l’objet d’une recherche automatique et d’une correction.

- Les abréviations des adjectifs ordinaux sont 1er (féminin 1re), 2e, 2d (féminin 2de), 3e, XXe ; les abréviations des adjectifs ordinaux prennent le pluriel : les XXes Jeux olympiques. L’abréviation correspond à secundo et non à deuxième. L’abréviation ème ne doit pas être utilisée.

- Les échelles sont une fraction et non un classement : un plan au 1/50.

- L’abréviation de Monsieur est M. Au pluriel : MM. L’abréviation de Madame est Mme.

- Les dates courantes ne prennent pas de majuscule : le mardi 3 septembre.

- L’abréviation doit être suivie d’une espace : n° 5. Dans les pourcentages, il y a une espace entre le chiffre et le signe % : 20,4 %.

- L’abréviation etc. est suivie d’un point unique et non de points de suspension. S’il s’agit du dernier mot de la phrase, ce point sert de point final.

- L’abréviation de pages est p.et non pp. dans la norme APA.Elle est suivie d’une espace : p. 23-38.

- L’abréviation de minute est min et non mn.

- Bien différencier dans le texte le trait d’union (touche 6) pour les mots composés (une formation-action) et le tiret (tiret demi-cadratin dans les caractères spéciaux) ─ utilisé dans les incidentes : Elle a relu deux fois son manuscrit ─ ce qui était un gros effort ─ et a trouvé des fautes à chaque fois.

- Le signe « moins » peut être représenté par un trait d’union collé au nombre ou par un tiret séparé par une espace : -8 °C ou ─ 8 °C. Utiliser la même convention dans tout le texte.

- Les signes de ponctuation doubles ( ; : ! ?) sont précédés d’une espace en français (mais pas dans les citations en anglais).

- Les guillemets seront des « chevrons français » précédés et suivis d’une espace. « Lorsque des “guillemets à l’intérieur des guillemets” sont nécessaires, on utilise des “guillemets anglais”. »  Le point final est à l’intérieur des guillemets quand il s’agit d’une phrase entière, mais pas si la référence suit. Comme le disait Friedmann (1953) : « L’homme est plus grand que sa tâche. » Différent de : « L’homme est plus grand que sa tâche » (Friedmann, 1953).

- L’interruption d’une citation est représentée par des points de suspension, entre crochets (et non entre parenthèses), en romain même si la citation est en italique. Il a dit ceci […] et cela.

- Les expressions c’est-à-dire et vis-à-vis nécessitent des traits d’union. L’expression tout à fait n’en prend pas.

- L’expression en termes de est toujours au pluriel.

- Ce n’est pas parce qu’un nom d’institution fait l’objet d’un sigle qu’il faut une majuscule à chaque mot : Le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

- Les noms d’institutions ne prennent de majuscule que si elles sont uniques : Le Sénat, mais la ville de Paris, le ministère du Travail. Les noms de fonctions ne prennent en général pas de majuscule : le directeur, le président, le préfet.

- Dans les énumérations, le tiret est suivi d’une majuscule si la ponctuation précédente est un point, d’une minuscule si c’est un point-virgule.

 

Dans le cas où un article ancien a été scanné, on recherchera particulièrement les confusions entre rn et m, entre O et 0,  et entre 1 et l. On passera aussi systématiquement en revue les traits d’union, qui peuvent être des scories d’une ancienne césure.

[1] Seulement dans le cas d’un recueil d’articles déjà paru, il est admis de laisser la bibliographie à la fin de chaque article.