Les Peurs au Travail Agrandir l'image

Les peurs au travail

978-2-36630-053-6

Neuf

Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec
(sous la direction de)

La thématique des peurs n’est pas nouvelle. Selon les époques et les contextes socio-culturels, elles évoluent, se modifient, changent. Mais, qu’en est-il aujourd’hui dans notre hypermodernité
« hypersécularisée » ?

Plus de détails

23,00 € TTC

La thématique des peurs n’est pas nouvelle. Selon les époques et les contextes socio-culturels, elles évoluent, se modifient, changent. Mais, qu’en est-il aujourd’hui dans notre hypermodernité « hypersécularisée » ?
Un changement d’échelle d’analyse majeur s’est opéré à la fin des années 70 avec les processus de mondialisation et d’individualisation de nos sociétés. Les peurs eschatologiques présentes jusqu’alors ont été supplantées par des peurs centrées sur de nouvelles valeurs engendrées par cette transformation et métamorphose sociétale : l’économie, le travail, les technologies et les intérêts individuels immédiats.
Ces référentiels « dogmatiques », culturels et identitaires ont tracé les nouveaux sillons de nos peurs contemporaines : peur de perdre son emploi, peur du chômage, peur de la précarité, peur de l’incertitude, peur de l’avenir, peur de l’Autre, peur de ne pas être performant, etc.
Simultanément à ces peurs, le plus souvent combinées entre elles et faisant système, des maux comme la fatigue, l’usure, le burn out, le stress, le mobbing, etc., sont exprimés par nombre de salariés et sont de plus en plus associés à certains modèles de gestion du travail récemment implantés au sein des organisations, tant privées que publiques. Un lien de cause à effet entre ce nouveau management, ces maux et ces peurs au travail, peut-il être établi ?
Comprendre les peurs au cœur des sphères professionnelles nous a semblé pertinent pour sérier et analyser plus précisément les processus qui les activent, tant sur le plan structurel qu’individuel. La spécificité de ce microcosme peut être un révélateur du fonctionnement plus général de nos sociétés paradoxales de plus en plus sécurisées et en santé, mais qui ne cessent d’exprimer et d’activer peurs et mal-être généralisés.
Psychologues, philosophes, historiens, anthropologues ou sociologues autant de regards disciplinaires se sont joints à cet ouvrage collectif pour réfléchir sur cette thématique et apporter des éléments d’éclairage.
Tout d’abord sur ce que recouvrent aujourd’hui les peurs contemporaines. Comment les définir ? Quelles sont-elles ?
L’analyse des peurs activées dans les fondements mêmes de nos sociétés constituera également un des axes de cet ouvrage. Comment appréhender ces peurs systémiques ? Que révèlent-elles de nos fonctionnements collectifs ?
Enfin, les réalités, les pluralités et les variabilités effectives des peurs perçues et vécues par les individus nous amèneront à interroger de multiples configurations et contextes de travail.

Les directeurs de l’ouvrage
Alain Max Guénette, formé initialement à la gestion, puis à la philosophie et aux sciences humaines et sociales, est professeur à la Haute école de gestion Arc (HES-SO) et chercheur-associé au Centre de gestion scientifique de l’École des Mines ParisTech. Ses travaux portent su les questions de santé au travail et de diversité.

Sophie Le Garrec, sociologue, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Fribourg (domaine sociologie, politiques sociales et travail social). Elle travaille depuis plusieurs années sur la santé au travail, les rapports aux âges et les addictions.

Avec les contributions de : Yvan Barel et Sandrine Frémaux ; Gianfranco Domenighetti ; Anne Flottes ; Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec ; Marc Loriol ; Danilo Martuccelli ; Véronique Nahoum-Grappe ; Marie Pezé ; Gwenaële Rot et François Vatin ; Franz Schultheis ; Viviane Seigneur ; Olivier Voirol.

Introduction
Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec

Première partie
Des définitions et des enjeux épistémologiques

Chapitre 1
La reconnaissance et la peur : notes sur Hegel et le travail
Olivier Voirol

Chapitre 2
Le salaire de la peur : la normalisation de la précarité dans le capitalisme contemporain
Franz Schultheis

Chapitre 3
Les deux grammaires de la peur contemporaine
Danilo Martuccelli

Deuxième partie
Les peurs comme levier organisationnel et structurel

Chapitre 4
Fonctionnement pervers des organisations et climat de peur
Yvan Barel et Sandrine Frémaux

Chapitre 5
Terrorisme, lutte antiterroriste et dynamiques sociales des peurs
Viviane Seigneur

Chapitre 6
Les femmes dans l’organisation du travail en France : entre peur et courage
Marie Pezé

Chapitre 7
Impact sanitaire de la peur de perdre l’emploi
Gianfranco Domenighetti

Troisième partie
Des individus et la variabilité des peurs endogènes

Chapitre 8
Le travail sous tension et les peurs en action
Sophie Le Garrec

Chapitre 9
Les policiers et la peur : au-delà du déni, la régulation collective des difficultés
Marc Loriol

Chapitre 10
« Ici, on ne fabrique pas des marshmallows » :
peur de l’accident et peur de mal faire dans les industries de flux à haut risque
Gwenaële Rot et François Vatin

Chapitre 11
Les métamorphoses de la peur
Anne Flottes

Chapitre 12
Entrer dans la vie : la peur de l’avenir du jeune adulte est-elle différente en fonction des identités de genre ? Une approche ethno-phénoménologique de quelques situations de crises
Véronique Nahoum-Grappe

Bibliographie

Auteur Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec
Hauteur 21 cm
Largeur 14,7 cm
Poids (g) 340
Année 2016
Nombres de pages 247

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...