Variations sur le thème du genre dans les groupes professionnels Agrandir l'image

Variations sur le thème du genre dans les groupes professionnels

978-2-36630-082-6

Neuf

L’abondance des discours sur les rapports sociaux entre femmes et hommes favorise leur mise en lumière, sans pour autant éclaircir la complexité de leurs logiques. L’entrée par les groupes professionnels présente l’avantage de circonscrire le propos sans l’appauvrir.

Plus de détails

25,00 € TTC

L’abondance des discours sur les rapports sociaux entre femmes et hommes favorise leur mise en lumière, sans pour autant éclaircir la complexité de leurs logiques. L’entrée par les groupes professionnels présente l’avantage de circonscrire le propos sans l’appauvrir. Ces espaces sociaux offrent en effet une multiplicité de scènes riches en variations de genre, c’est-à-dire en dynamiques plus ou moins contrastées, voire contradictoires. Elles englobent des manifestations évolutives mais réversibles, fragiles mais profondes, novatrices mais récurrentes, enracinées dans le passé ou soudaines, et des changements dont les travailleuses et travailleurs sont à la fois les objets et les actrices·eurs. Appartenant aux univers professionnels sportif, pénitentiaire, éducatif, de la police, de l’enseignement, du soin (ou care), ou encore du travail social, ces praticien·ne·s sont notamment confronté·e·s à des fluctuations numérique et symbolique de « mixisation », tendant vers une féminisation ou une masculinisation de métiers traditionnellement dits « d’hommes » ou « de femmes ».

 

Dans cet ouvrage collectif, les contributions des auteur·e·s démontrent que l’atteinte de certains seuils de « mixisation » ne garantit pas une égalité entre les sexes, tant que des inégalités de genre souterraines persistent, faisant surgir de nombreux questionnements. La « mixisation », ou mixité de genre souhaitée par les féministes, n’est-elle pas utilisée à des fins idéologiques, par exemple par les tenants d’une prétendue indispensable complémentarité entre modèles masculins et féminins dans l’éducation des petites filles et petit garçons ? La « mixisation » de genre et la lutte contre les inégalités se justifient-elles au nom de la « modernité » ou de la modernisation ? Ou encore, les carrières extra-ordinaires de femmes (minoritaires) dans un monde masculin ne sont-elles pas instrumentalisées pour masquer les contraintes de la majorité de celles qui ne parviennent pas à une telle réussite ? Autant de pistes d’investigation qui viennent alimenter le vaste de champ de recherche en sociologie du genre.

Liste des contributeurs

Introduction générale

Première partie – Dé-monopolisation du genre

Femmes et hommes en métier d’hommes : répertoires professionnels du masculin et du féminin

dans le New York Police Department (NYPD) dans la première moitié du XXe siècle
Yann Philippe

Siffler ou se faire siffler –
Les effets du genre sur les conditions d’exercice des femmes arbitres de football

Lucie Le Tiec

Choix d’orientation atypique de sexe : des hommes en sciences de l’éducation
Clémentine Resve et Christine Fontanini

Les garçons au pair
Gergana Dimitrova

 

Deuxième partie – Vers l’égalisation ou atteinte de l’égalisation

Directrice pénitentiaire : enfin la parité mais toujours pas l’égalité
Christine Le Roch

Approche socio-historique de la segmentation genrée d’un groupe professionnel –
Le cas des enseignant.e.s des écoles professionnelles de cirque en Europe

Florence Legendre

Assistantes sociales et assistants sociaux :

des trajectoires professionnelles marquées par la ségrégation sexuée ?
Mélanie Battistini

Être un homme dans les professions sociales
Yvette Molina

 

Troisième partie – Renversement du monopole du genre

Le surveillant général, acteur du monde scolaire français des XIXe et XXe siècles, au prisme du genre
Christine Focquenoy-Simonnet

Les 3 voies à dominante biologie des classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques :
des voies à part ?

Christine Fontanini

 

Quatrième partie – Résistance et immobilismes apparents

(Dé)jouer son genre : dynamiques et performances sexuées des professionnels du sport spectacle
Jérémy Lacoste

« Dé-féminisation » du travail de soignantes, par des stratégies de résistance masquées
Sophie Divay

Enseignante, c’est bien pour une femme… Directeur, c’est mieux pour un homme ?
Christine Burgevin

 

– Texte conclusif –

L’investissement professionnel dans la lutte contre le genre : une affaire de sexe ? L’exemple des enseignant.e.s face à la reproduction du genre à l’école
Marie Pachoud

Auteur Sophie Divay
Hauteur 24 cm
Largeur 17 cm
Épaisseur 13 mm
Poids (g) 470
Année 2018
Nombres de pages 260