Des économistes et les tâches du présent - Analyse du travail et dialogue des savoirs Agrandir l'image

Des économistes et les tâches du présent - Analyse du travail et dialogue des savoirs

2-906769-95-9

Neuf

Renato Di Ruzza et Patrick Gianfaldoni (sous la direction de)
 

Parmi les tâches du présent, les questions économiques tiennent une place majeure : il n’est pas une activité humaine, et surtout pas le travail, qui ne soit directement ou indirectement contrainte par l’économie, n’ait de dimensions économiques, ou ne produise d’effets économiques.

Plus de détails

21,80 €

Parmi les tâches du présent, les questions économiques tiennent une place majeure : il n’est pas une activité humaine, et surtout pas le travail, qui ne soit directement ou indirectement contrainte par l’économie, n’ait de dimensions économiques, ou ne produise d’effets économiques. Dans ce cadre, les figures marquantes de l’histoire de la pensée économique (toutes écoles confondues, d’A. Smith à F. Perroux, en passant par K. Marx, L. Walras et A. Marshall) se caractérisent par une double posture : d’une part, elles se sont toutes intéressées au travail, à la fois comme fondement et comme objet de leur discours ; et d’autre part, elles ont toute pratiqué ou revendiqué un « dialogue pluridisciplinaire ». Ce sont ces économistes qui sont confrontés aux « tâches du présent », car ils sont à l’origine d’un double questionnement : - en quoi mettre le travail au centre ou au départ de l’analyse exige-t-il une vision « ouverte » des problèmes économiques ? - quelles sont les tentatives d’ouverture contemporaines, tant au niveau des visions théoriques qu’au niveau des pratiques concrètes, et comment engager, poursuivre et approfondir le dialogue pluridisciplinaire ? Le présent ouvrage, tente d’apporter quelques éléments de réponses à ces questions.

Il a été coordonné par :

Renato Di Ruzza, Professeur de Sciences économiques, directeur du Département d’Ergologie, chercheur au Centre d’épistémologie et d’ergologie comparatives (Ceperc-Cnrs) ;

et

Patrick Gianfaldoni, maître de conférences à l’Université Claude Bernard (Lyon 1), chercheur au Cefi (Université de la Méditerranée) et au Credo (Université d’Avignon), collaborateur du Département d’Ergologie.

Préface
Yves Schwartz

Introduction
Renato Di Ruzza et Patrick Gianfaldoni


Partie 1 - La pensée économique et la connaissance du travail


Le travail aux sources de l’économie politique
Renato Di Ruzza et Patrick Gianfaldoni

Le travail aux sources de la pluridisciplinarité et de la multidimensionnalité
Henri Bartoli

Paradoxes sur le modèle canonique d’offre de travail
Laurent Derobert


Partie 2. Les tentatives d’ouverture

La pensée économique d’Amartya Sen sur le travail
Muriel Gilardone

Economie, travail et liberté chez Marx, Weil et Gorz
Richard Sobel

La gestion socio-économique du travail
Annick Vernier

Gestion des ressources humaines et ergonomie
François Hubault


Partie 3. L’économie ouverte entre recherche et action

L’expérience du Lest en matière d’interdisciplinarité (économie/sociologie) -
Des origines de « l’analyse sociétale » à l’analyse de l’innovation

Hiroatsu Nohara et Eric Verdier

L’expérience du Clersé : transdisciplinarité et socio-économie
Richard Sobel

L’expérience ergologique : pluriprofessionnalité et pluridisciplinarité
Magali Wild et Jacques Rollin

Bibliographie

Auteur Patrick Gianfaldoni
Hauteur 24 cm
Largeur 17 cm
Poids (g) 350
Année 2003
Nombre de pages 174